Bien investir dans l’immobilier, les critères à prendre en compte

Investir dans l’immobilier est une affaire très rentable à condition de faire le bon choix avant de se lancer.

Investir au comptant ou à crédit?

Même si vous avez les moyens pour vous payer un bien immobilier au comptant, cette option n’est pas forcément la plus avantageuse. Comme les investisseurs locatifs déduisent les intérêts de leurs revenus fonciers. Plus ils sont imposables, plus ils auront l’intérêt à s’endetter. Quand l’imposition marginale est à 50%, à la limite, le coût réel de l’emprunt peut être diminué de moitié. Si les taux nominaux des emprunts sont en revanche faibles à cause du faible niveau de l’inflation, leur coût réel n’est pas négligeable.

Investir à taux fixe ou à taux variable ?

Les taux nominaux sont faibles si leur coût réel est relativement élevé. Pratiquement en baisse depuis le début de l’année, à l’heure, choisir d’investir à un taux variable est une belle opportunité pour les investisseurs. S’il n’y a pas de chance que les taux descendent, il vaut mieux vous endetter à taux fixe. Avec le taux fixe, le montant de vos échéances sera connu avec exactitude. Vous serez aussi gagnant s’il se trouve que l’inflation repart.

Investir dans le neuf ou l’ancien ?

Au niveau de la fiscalité, l’investissement dans le neuf est plus favorisé que l’ancien. Dans le neuf, vous avez l’opportunité de profiter de nombreux avantages :

  • Plus de fonctionnalité.
  • Dispose souvent un parking.
  • Mieux isolé sur le plan thermique et phonique.
  • Des droits et frais de mutation réduits soient à 2% environ contre 6/7% dans l’ancien.
  • Offre une garantie décennale.
  • Exclut tout risque de travaux important à court terme.

Il présente toutefois des points faibles, car dans certains cas, les charges de fonctionnement sont importantes. Si vous allez choisir la construction neuve, privilégiez le haut de gamme, car nul ne sait ce que donneront les matériaux modernes dans 30 ans.

L’ancien quant à lui présente l’avantage d’être moins cher que l’ancien avec une différence de 20% à 30%. Des travaux sont par contre à prévoir, mais cela ne devrait pas représenter un problème étant donné que leur coût peut être déduit du revenu foncier. Ils peuvent aussi faire l’objet d’une subvention de l’Anah. L’ancien offre aussi un large choix et la situation est bien souvent plus favorable.

Petites ou grandes surfaces ? Ces questions se posent souvent, mais tout dépendra aussi de son utilisation et du nombre des personnes qui vont y habiter. Par rapport aux transactions, beaucoup pensent que le fait d’économiser la commission de l’intermédiaire est une bonne chose, si vous recherchez plus de sécurité pourtant supplémentaire, l’intervention d’un professionnel comme un agent immobilier et le passage devant le notaire est sollicitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *