Aller au contenu

Le viager : en quoi consiste cette transaction ?

Un propriétaire a la possibilité de vendre son bien tout en continuant d’y vivre. Il s’agit d’une transaction immobilière appelée « le viager immobilier« . Ce mécanisme de vente a son fonctionnement et ses implications en termes de contrat de vente. Ainsi, quelle est l’importance d’opter pour une vente en viager ? Lequel des types de viagers correspond à vos besoins ? Dans cet article, vous pouvez découvrir l’essentiel du viager.

Ce qu’est le viager immobilier

Le viager est une procédure de vente immobilière qui se déroule devant un notaire. La particularité de ce processus reste surtout ses modalités de paiement. En effet, le viager est le fait qu’un vendeur demande à un probable acheteur de lui verser une somme bien définie de façon mensuelle jusqu’à sa mort.

Autrement dit, il est question d’une transaction immobilière qui repose sur la vente d’un bien à un acheteur en échange d’un versement mensuel. Et cela jusqu’au décès du vendeur. Dans ce contexte, la somme à payer est appelée « rente« . Parfois, lors de la signature du contrat du viager, l’acquéreur peut déposer ou verser une somme. C’est le bouquet de la transaction.

Le principe du viager pour un acheteur et un vendeur

Le viager permet à un acheteur de procéder à l’achat d’un bien immobilier grâce à un versement en de petites quantités par mois. Il n’est donc pas contraint à un versement total le jour de la signature du contrat.

En ce qui concerne le vendeur, cela lui permet de recevoir jusqu’à son décès un revenu mensuel. Surtout qu’il a également la possibilité, dans certains cas, de rester à vie dans son logement en cours de vente. Ce qui le dispense de la location et du paiement de loyer d’un autre appartement. De ce fait, il s’agit d’une transaction adoptée surtout par les personnes de troisième âge qui se retrouvent en phase de retraite.

Les différents types de viager

Le processus de vente d’un bien immobilier par viager semble simple et avantageux aux deux parties concernées. Néanmoins, le mode de fonctionnement de la transaction diffère selon le viager choisi. En effet, il existe trois grandes catégories de viager qui sont :

  • Le viager occupé ;
  • Le viager libre ;
  • Le viager à terme.

La vente de bien en viager occupé est le fait que le propriétaire continue à jouir de la propriété jusqu’à son décès. Du coup, il peut y vivre ou la louer et percevoir les loyers. Par conséquent, l’acquéreur ou le débirentier n’entre en possession de son bien qu’une fois après la mort du vendeur. Ou jusqu’au transfert de ce dernier dans une maison de retraite ou dans un centre similaire. Tout dépend des clauses et conditions du contrat signé.

Quant à la transaction en viager libre, cela signifie qu’il est possible à l’acheteur de commencer à profiter du bien au moment de la signature du contrat du viager. Ici, le propriétaire a l’obligation de libérer et de quitter la propriété. Et il revient au débirentier d’en faire ce qu’il veut. Il peut décider de l’habiter ou de la vendre.

En ce qui concerne le viager dit à terme, il s’agit de l’achat d’un logement avec une fixation bien déterminée du temps de paiement. Connaissant en avance le montant total de la vente, l’acheteur peut négocier avec l’accord du vendeur de payer la rente sur un tel nombre d’années.

Il semble essentiel de notifier qu’il est possible d’effectuer une vente en viager sans rente. Les deux possibilités dans ce cas sont la transaction avec réserve de droit et la nue-propriété basée sur une réserve d’usufruit.

En définitive, le viager est une transaction qui comprend un crédirentier et un débirentier avec un système de paiement tout à fait particulier. Le fonctionnement de la vente en viager peut s’avérer très bénéfique tant pour l’acquéreur que pour le vendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *